Boys Bands : Quand je vois Fernande…

Back to Where we Started

Bonjour, ou bonsoir pour les australiens qui nous lisent. Si vous le voulez bien, nous allons, tous ensemble, opérer à une expérimentation totalement inédite. Fermez les yeux. Ou gardez les ouverts, histoire de pouvoir continuer. Imaginez que vous êtes de nouveau en enfance. Imaginez que vous êtes de retour dans les années 1990. Vous vous sentez bien. Votre mère est à vos côtés.

On n’aimait pas vraiment se prendre la tête dans les 90’s. On préférait assumer nos goûts de merde, le plaisir des couleurs vives, le divertissement simple et abordable (pour preuve, les Steven Seagal sortaient encore au ciné – et avaient du succès). Ce n’était point Tokio Hotel qui trônait en haut des hits (hits célébrés par les deux grandes icônes télévisuelles de l’époque, depuis tombés dans la déchéance, Charlie et Lulu), mais des tubes dansants, colorés, estivaux, j’irais même jusqu’à dire foutrement bandants. Porteurs de cet étendard musical, un mouvement saugrenu et parfaitement installé régnait en maître sur la société : le boys band. Lire la suite

Publicités

Josh’s Band : feel the pain

Savourons ensemble ce déluge fantasmagorique d’immondices sonores.

So far away we wait for the day,
For the nights are so wasted and gone
We feel the pain of a lifetime lost in a thousand days
Through the fire and the flames we carry on

Street Fighter : L’Ultime Combat : c’était un jeudi

sfaff2

Yoga Fire

Street Fighter. Série de jeux vidéos mythique s’il en est. Personnages et coups entrés dans l’inconscient collectif, système révolutionnaire, réalisation exemplaire… on pourrait s’attarder longtemps sur le vaste monde de ces jeux, que dis-je, cette véritable institution.
Mais cette grande famille comporte un rejeton mal-aimé, fustigé par l’ensemble de la planète, un sommet de mauvais goût absolu qui pourtant est devenu culte pour beaucoup d’entre nous, Lire la suite

Twilight : When you can live forever, you have time to kill

twilight01mt52

In Da Mix

J’aime les films de vampires. Qui n’aime pas ? Des gens qui ne vieillissent jamais, qui passent leur temps à participer à des orgies et à danser la carioca, il y a de quoi fantasmer.
J’aime aussi High School Musical. Qui n’aime pas ? Bon, d’accord.
Par chance, il y a des gens assez géniaux (des femmes) dans ce monde pour avoir décidé de mélanger ces deux mondes qui n’avaient en commun qu’une dimension glauque prononcée, le résultat étant cette éblouissante bouillabaisse nommée Twilight : Chapitre 1 : Fascination (ciel !), ou le gros carton en carton du moment. Lire la suite

Bienvenue chez les Ch’tis : sympa pour les cons, pour les autres sans gain.

 

 

Bienvenue en enfer

Tout commence par un trauma visuel. Sur fond de ciel bleu à peine nuageux de type côte d’azur (donc vraisemblable) deux constructions anciennes de pierre apparaissent vaguement. L’une n’est autre qu’un beffroi, élément clé dans l’expression du lyrisme nordique, nous y reviendrons. Les 80% restants de l’affiche de Bienvenue Chez les Ch’tis sont consacrés à Kad Merad et Dany Boon, les deux protagonistes principaux du film. Lire la suite

  • Le bon mot de Benjamin Castaldi

    "Pour la crudivore, les carottes sont cuites."