Eurovision pt II : Third-World Music

Je m’insurge contre mon compagnon de fortune qui n’a rendu qu’un hommage (certes mérité) à la pédale allemande, mais c’est probablement sa part féminine hyper développée qui a guidé son geste. Cela m’étonne d’ailleurs qu’il n’ait pas parlé de Sakis Rouvas, le… grec. J’aimerais donc immédiatement remédier à cet affront en nous remémorant rapidement les autres grands moments de la soirée musicale la plus sponsorisée par ce blog.

La team Dawn of the Daubes.

Woo,oo, take your partner by the hand.

Always Ultra

Passons sur la fiotte norvégienne qui a explosé les records de vote avec son « eastern andré rieu pop megamix » insoutenable, il ne mérite guère notre considération. Je préfère me pencher sur mes grands favoris de la soirée, un duo de choc à piques qui avait tout pour gagner : Aysel et Arash, tout droit venus des clubs de la campagne Azerbaïdjanne, Azerbaïdenne, Azerbaïdjanaise, Azizerbaïdjanienne.

Ce groupe, qui nous rejoue le coup du duo « chauve/jolie fille » initié par Aqua, avait pourtant tout pour réussir. Des chorégraphies bordéliques, une version bronzée jet set de Patrick Bosso, une jeune fille physiquement intelligente, et bien sûr une chanson dance traditionnelle (Arash on the Sitar ! Baby !) qui respire le soleil, le sable chaud et les corps humides qui se frottent contre des cages en discothèque. Malheureusement un violoniste d’1m40 s’est mis en travers de leur route, le reste appartenant à l’histoire. Ou à l’oubli, je ne sais plus. Afin de rétablir un honneur mérité, je proclame immédiatement « Always » la chanson de l’été officielle de Dawn of the Daubes.

…and Justice for Portugall

Un petit mot également sur nos amis portugais, et leur prestation très particulière. Au milieu de ce déluge de musique disco electro chapi chapo, de putes slovaques plus très fraîches qui se frottent contre des gladiateurs et de mises en scènes totalement non-sensiques, le pays du poil chiche tire son épingle du jeu avec la délicieuse Flor de Lis. Une grosse qui danse, une guitare classique aussi douce qu’une couche pampers, un accordéon, un ukulele, un décor sous psychotropes que n’auraient pas renié les années 60, que demander de plus ? Un percussionniste qui vit de toute évidence les plus belles 5 minutes de sa vie, gagnant d’office le prix tant convoité du meilleur déhanché télévisé depuis Elvis Presley.

Dead Can’t Dance

Comment pourrais-je vous laisser sans d’abord parler de notre beau pays, qui ne nous déçoit que rarement quand il s’essaie à la daube. Et pourtant, comme tous les ans, nous n’osons pas aller franchement dans la merdasse sympa qui fait danser. Nous préférons envoyer une « chanteuse à voix », drapée dans une absence d’éclairages ambiance « 4 mariages nécrophiles et 1 enterrement » pour qu’elle refasse le coup du « je joue l’émotion dans ma langue natale que personne ne capte ». Cette année, c’est Patricia Kaas, chanteuse préférée de la Famille Adams, qui fut l’heureuse élue. Devant les scores désastreux des éditions précédentes, les organisateurs franchouillards ont décidé de faire participer une chanteuse star dans les pays de l’Est. Quel courage mes amis ! Avec ça, on ne pouvait pas perdre. C’était sans compter que Patricia fait peur aux enfants (ainsi qu’aux adultes) qui sont persuadés qu’elle se cache dans leur placard la nuit pour surgir et hurler « mademoiselle chante le blues » les soirs de pleine lune, avant de se baigner dans le sang de 50 vierges.


Dum Dum Mania

Histoire de ne pas repartir déprimés après cette prestation de Cruella, je vous laisse en bonne compagnie avec une chanteuse qui a de toute évidence passé du temps dans le même uterus que Shakira. A l’année prochaine !

(ce billet vous a été présenté par SOS Racisme.)

Publicités

Un commentaire

  1. Alors ça y est, on met un gros logo en couleur pour appâter le chaland face à mon logo monochrome tout pourri. Mais vous n’aurez pas non vous n’aurez pas ma liberté de commenter sur mon blog.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Le bon mot de Benjamin Castaldi

    "Pour la crudivore, les carottes sont cuites."